top of page

Walk & Talk Therapy, la thérapie en marchant dans la Nature

Depuis cet automne mon bureau est parfois dans la forêt. Oui, quand cela est possible, mes consultations ont lieu dans la Nature et en marchant. 

L’idée d’allier la marche et la thérapie s’est silencieusement installée alors que j’avançais sur le chemin de Compostelle. Lorsqu’on a eu la chance de vivre cette expérience du Chemin, on SAIT que la marche nous réconcilie avec la marche de notre inconscient, qui débloque nos résistances et réveille notre créativité. 


Walk & Talk Therapy, la thérapie en marchant dans la nature
Walk & Talk Therapy, la théapie en marchant dans la Nature

La Walk and Talk Therapy !


La méthode n’est pas nouvelle. Freud avait fait la psychanalyse-éclair de Malher en une seule et déterminante séance de 4h, en marchant avec lui, un jour d’aout 1910. Pierre-Henri Salfati met en scène cette unique rencontre entre l’artiste et le thérapeute dans son film Malher d’un pas mesuré.


C’est Clay Cockrell, psychothérapeute new-yorkais qui installe la méthode, un peu par hasard, avec un patient qui n’arrivait pas à trouver le temps de venir à son cabinet. Il lui donne alors rendez-vous dehors et la séance se déroule en marchant. Depuis, il part en balade avec ses patients.


Keith Johnsgard, psychologue marathonien, et auteur du fameux ‘’combattre la dépression et l’anxiété par l’exercice’’ pratique cette méthode depuis les années 70 avec ses patients. Au-delà du côté pratique, cette méthode alliant la conversation thérapeutique et la marche présente beaucoup de bénéfices dont le premier est d’ancrer le sujet dans l’instant présent. Puisqu’avant toute chose, et quel que soit le contenu de l’échange, il est en train de marcher dans le présent. Or c’est précisément dans cet espace-temps du présent que le changement (vers un objectif ou une libération) peut s’opérer !


Marcher dans la Nature comme l’inconscient marche vers les solutions


Lors d’une séance de coaching ou de PNL, le sujet, en général assis, déploie une « énergie cognitive » importante à réfléchir longuement sur ses difficultés. Jusqu’à parfois se sentir dépassé et coincé dans son problème. Le corps assis, immobile, peut alors renforcer la sensation d’impasse. La thérapie en marchant vous oblige à décoller du fauteuil !

 

Il n’est plus à prouver que mettre le corps en mouvement a des effets bénéfiques pour la santé sur le long terme (que ce soit au niveau physique ou psychique). Plus spécifiquement, le mouvement alternatif de la marche apporte une meilleure oxygénation du cerveau – il consomme 20% de l’oxygène disponible dans le corps. Marcher stimule donc nos fonctions cérébrales.

 

Cela lui permet aussi littéralement de se mettre en route. Ce déplacement physique traduit symboliquement la volonté d'atteindre un lieu, un but. C’est marcher de concert avec son inconscient, toujours en marche, selon Freud. Assainir nos idées puis les mettre en pratique pour aller vers sa solution est d’ailleurs l'objectif d'une thérapie.


La Nature, le meilleur espace thérapeutique


J’ai la chance de vivre tout près de la forêt. Quand j’y fait une séance, marchant sous les cimes des chênes géants, avec le frémissement des feuilles et le craquement des brindilles, la fraîcheur du vent, le paysage qui semble nous observer … Dans cette expérience multisensorielle, le coaché prend plus facilement conscience que la difficulté qu’il évoque en thérapie devient un élément parmi d’autres dans le monde qui nous entoure. Dans la Nature on a rapidement le sentiment de faire partie d’un tout. D’où son effet apaisant sur le cerveau. 

 

D’ailleurs, être en relation avec des environnements naturels entraîne une diminution du stress (mesurable notamment, par un ralentissement de la fréquence cardiaque et une réduction de la pression artérielle). En effet, la simple exposition à un paysage naturel suscite un sentiment de bien-être là où les scènes urbaines activent les zones cérébrales de l’anxiété. (Kaplan R., 1993). Ainsi, le cerveau semble moins ruminer dans la nature : une marche d’1h30 dans la nature conduit à une baisse d’activité du cortex préfrontal, zone cérébrale associée à la réflexion et à la focalisation sur soi et donc aux ruminations négatives


La thérapie en marchant dans la foret
Séance en foret de Rambouillet

Un nouveau lien à soi, à l’autre, au monde


Parler d’une difficulté à son thérapeute en marchant dans la Nature permet de prendre conscience de petits riens dont on peut se réjouir : un corps capable de marcher en forêt, un lien à l’environnement qui apaise… En fait les ressources émergent doucement, au rythme de la marche. Carl Jung disait : L’esprit reflète le corps qui reflète l’esprit. Marcher avec son thérapeute permet d’avoir un nouveau regard sur le monde.

 

De mon point de vue de thérapeute, proposer les séances en marchant me permet en de vous accompagner sur un chemin en étant littéralement à vos côtés. Nous avançons et regardons dans la même direction, tout en partageant le moment présent. C’est peut-être pour cela que les échanges sont souvent plus libres et plus authentiques. A la fin des sessions, je n’ai que des retours positifs. Vous vous sentez mieux, sans trop savoir si cela vient de la conversation thérapeutique ou des effets de la marche en forêt. Cette méthode n’est pas adaptée dans tous les cas, mais lorsque c’est possible, c’est une expérience à faire !


 

Vos témoignages après des séances de Walk & Talk Therapy


"C’est apaisant et je pense que la nature m'aide à guérir. J'habite à Paris, difficile d'y trouver du vert et de l'air. J'adore mes rdvs de coaching en forêt."

 Aurélia N.


"Déjà, c’est bien pour le corps et je me sens mieux après avoir marché 50min, mais en plus ça dénoue des nœuds sans effort. Le travail avance beaucoup plus vite, je me sens comme lavée."

  Camille B.


"Paradoxalement, parler de ma difficulté en marchant m’aide à être plus focus, plus calme. J’arrive mieux à voir les choses sous un autre angle et du coup je reprends confiance en moi."

   Sacha D.-V.


"J’ai l’impression qu’une partie de moi parle avec Stéphanie alors que l’autre est ailleurs et profite simplement d’être dans la Nature. Je regarde où poser mes pieds, je m’imprègne de la forêt et sans trop le voir arriver, hop, un déclic !"

Philippine M.



L’expérience vous tente ? Si Oui, contactez-moi et enfilez vos bottes ;)

Comments


bottom of page